Contactez-nous : +32 (0) 478 43 68 48

Des livres

le Storytelling en marketing, de Seth Godin

Ces jours-ci, j’ai lu le Storytelling en marketing de Seth Godin, ce gourou du marketing, auteur, entre autres, de la Vache Pourpre.
Compte tenu de la débâcle du marketing de masse, l’auteur y préconise d’être franchement atypique, de prendre des initiatives qui déménagent complètement et qui vous rendront remarquable.

Seth Godin - Le Storytelling en marketing« Remarquable », c’est le mot-clé. A titre d’exemple, les semelles rouges des chaussures Louboutin sont une caractéristique remarquable. Evidemment, en vous rendant remarquable, vous ne risquez pas de plaire à tout le monde. C’est le moins qu’on puisse dire. Et c’est le but. Ce faisant, vous vous adresserez à une niche pointue dont le prix n’est pas le critère premier.  Vos premiers clients seront des prescripteurs et votre succès se tissera auprès d’un public choisi.

En fait Le Storytelling en Marketing ne parle pas tellement de storytelling.

 

D’abord, qu’est-ce que le storytelling ?

Si vous connaissez l’anglais, vous savez que le storytelling est l’art de raconter des histoires. Depuis quelques années, c’est une veine que le marketing emprunte avec plus ou moins de bonheur suivant le talent des uns et des autres.

Mais pourquoi raconter des histoires ?

Parce que nous sommes des êtres de récit.

StorytellingJ’en ai parlé dans un billet précédent. Celui que je consacrais au posilandais et à la culture de masse. Et justement, la presse de masse a tout compris. Quelque scabreux que soient ses sujets, c’est une presse qui raconte des histoires. Je n’ai plus lu ce genre de journaux depuis mon enfance – c’étaient les seules lectures disponibles chez moi – mais je me rappelle bien… les tentatives de suicide d’Edith Piaf, le mariage de Sheila et Ringo, le mariage de Christophe et Michele Torr, le suicide d’Hervé Vilar. Ca date, certes. Mais c’étaient des histoires. Or, ce type de presse a perpétué les mêmes recettes et ses titres subsistent toujours, preuve qu’elle répond à une demande de fond.

Les récits ont accompagné l’histoire de l’humanité

storytellingQuand l’école n’était pas obligatoire, souvent, les gens étaient illettrés. Ils étaient pourtant friands d’histoires. Avant l’industrialisation, depuis toujours, on se réunissait autour de l’aîné ou du conteur, gardien de la mémoire collective, qui transmettait un trésor narratif datant de la nuit des temps. Il en va de même pour l’histoire sainte. L’homme a toujours aimé se faire raconter des histoires.

Que se passe-t-il quand on vous raconte une histoire ?

Vous entrez dans un état de type hypnotique. Une hypnose légère, bien entendu : on ne vous ferait pas agir contre votre volonté. Cependant, vous entrez quand même dans un état de conscience modifié. Et si l’on vous parle le langage qui est le vôtre en convoquant l’imaginaire qui vous est familier, on pourra susciter chez vous des comportements que vous assumerez parce que personne ne vous y aura obligé. Cependant, ces actes ne résulteront pas de votre initiative mais de celle de celui qui aura su vous raconter l’histoire que vous vouliez entendre. Vous aurez agi sous influence.
Rappelez-vous, c’est la matière des billets consacrés à Robert Cialdini et sa Science de l’Influence.

 

Les marketeurs sont des menteurs

Voilà ce que déclare Seth Godin dans le Storytelling en Marketing.
Mais, au fond, pas tant que cela, parce qu’ils vous racontent le mensonge que vous voulez entendre.

Rappelez-vous : chaque fois qu’un marketeur vous fait sa piqûre de rappel, à vous, entrepreneur, il vous dit : « parlez -leur en termes de bénéfices ». Les bénéfices, ce sont les rêves, les désirs, du consommateur. Lui parler en termes de bénéfices, c’est lui raconter l’histoire dont il rêve. Ce qu’il achète, c’est le rêve que vous lui vendez.

Et donc, ce que demande le client – ce pour quoi il est prêt  payer – c’est que vous lui racontiez l’histoire qu’il a envie d’entendre.

 

Le storytelling est partout

Ce sur quoi Seth Godin met l’accent, c’est plutôt sur le scénario dans lequel vous allez embarquer le client, depuis la rencontre jusqu’à l’acte d’achat, étant entendu que vous allez faire en sorte de ne pas le lâcher. Vous allez, en quelque sorte, créer l’histoire dont il est le héros, en portant le maximum de votre attention – et la sienne – sur la qualité de l’expérience que vous lui offrez. Et la qualité de cette expérience repose, en premier lieu sur son originalité. Seth Godin a ses obsessions.

 

Soyez remarquable

Ce n’est pas facile d’être remarquable, de créer une vache pourpre, dit Seth Godin. Cependant, c’est assez simple d’être plus original que ses concurrents.

Vous avez un site internet ? C’est bien normal que vous y présentiez vos services et produits. Cela dit, ne le faites pas en page d’accueil. Et ne le faites pas en disant « nous ».
La personne importante, c’est votre prospect : parlez lui de lui/elle.
Parlez-lui de l’expérience qu’il va vivre en s’adressant à vous et prenez soin de lui. Ca, c’est le début d’une histoire dont vous allez vous arranger pour que cette personne soit le héros.


Alors, que faites-vous actuellement pour que vos clients vivent avec vous une histoire dont ils sont les héros?
Partagez vos bons plans dans les commentaires!

 

Cette lecture vous tente?
Commandez votre exemplaire par ici : ça me fera une commission microscopique.
Moins du huitième d’une pizza, à vrai dire.

 

1 commentaire to “le Storytelling en marketing, de Seth Godin”

Répondre

CommentLuv badge

A propos

Titulaire de plusieurs formations universitaires dans des orientations littéraires-sciences humaines, Patricia Mignone est éditrice, copywriter et formatrice dans le domaine de la communication depuis de longues années.

Coordonnées

Patricia Mignone
30 rue du Basson
B6001 Charleroi
+32478436848
BE07861648709